Traduction et faux amis

Entre 4 et 5 ans le langage d’Iloane se développe comme celui de tous les enfants de son âge. Chaque jour elle apprend de nouveaux mots, en général elle les apprend d’abord dans une de ses 2 langues selon le lieu, le contexte et les personnes qui l’entourent. Quand elle connaît le mot dans une langue, elle l’utilise évidemment puis vient le moment où elle a besoin de ce mot dans l’autre langue. C’est souvent à ce moment là qu’elle met en place sa propre stratégie de traduction qui rendrait jaloux plus d’un dictionnaire! Les « traductions » que je relève sont en général des mots espagnols directement adaptés au français, c’est à dire des calques avec l’ajout de la marque grammaticale du français (et c’est ce qui m’épate toujours !). Par exemple quand il y a des travaux dans la rue qui nous gênent « oh mais c’est quand qu’ils vont arrégler tout ça » ou celui-là il peut pas caber  » (prononcé cabé, elle fait du verbe espagnol un verbe français) Je remarque que de plus en plus ça lui arrive pour des mots dont la traduction est ambigue ou des mots qui parfois n’ont pas de traduction directe (caber, que toca…). Au début elle faisait ça pour beaucoup de nouveaux mots, aujourd’hui elle affine vraiment son vocabulaire et cherche une solution dans les mots qu’elle connait avant d’en inventer un autre…
L’autre manière de traduire qu’Iloane a trouvée est aussi logique mais beaucoup plus difficile à corriger… Elle utilise le mot français qui correspond à un mot espagnol quand un mot espagnol a plusieurs traductions en français. Difficile à expliquer et les exemples ne seront pas faciles à comprendre pour ceux qui ne comprennent pas l’espagnol 😦 .
Par exemple en espagnol le mot « pintar » signifie peindre, colorier ou maquiller… alors Iloane me dit « maman je vais te coiffer et te dessiner les yeux ».
Ou encore plus mignon par ce que ça dégage en français quand elle me dit « maman je te veux beaucoup » car en espagnol « quiero » c’est « je veux » mais « te quiero » c’est « je t’aime »…
Et son « je me suis amourée de Cristian » me montre combien sa perception linguistique des mots va bien au delà de ce que certains avaient imaginé…

Je remarque ces « traductions » de l’espagnol au français plus que du français à l’espagnol, d’une part car Iloane me parle toujours en français et il est donc difficile pour moi de relever des mots ou des expressions en espagnol (soit je ne suis pas là, soit j’avoue je n’écoute pas attentivement…) et d’autre part, le vocabulaire se développe notamment grâce à l’école qui dans notre cas est en espagnol et donc elle fait beaucoup plus de traductions dans le sens espagnol-français. D’ailleurs au sujet de l’apprentissage du vocabulaire je dois (malheureusement ) remercier la télé et tous ces dessins animés (en français en général et parfois anglais) grâce auxquels, il faut l’avouer, Iloane découvre un vocabulaire varié et riche(si si!).

Publicités

Tagué:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :